mardi 22 septembre Le saint du jour : Saint Maurice
| | 23 octobre 2019

Laval, 800 ans de santé publique : 3e épisode

Laval, 800 ans de santé publique : 3e épisode

Par

Laval,  800 ans de santé publique contés en quatre épisodes.

Entretien réalisé avec Xavier Villebrun, directeur du service Patrimoine, ville de Laval

Episode 3  – 1914/1918 : Laval, la ville hôpital sur le front de la souffrance

A l’aube de la Grande Guerre – L’hôtel-Dieu et l’Hospice Saint-Louis (désormais localisé sur les terres de la ferme du Rocher-Fleuri, route de Nantes) sont dans de nouveaux locaux. Particularité, une école pour les sourds et muets est installée au sein de Saint-Louis.

Laval, ville hôpital avec sa gare de tri – Les guerres apportent souvent une impulsion nouvelle dans le traitement des malades. C’était déjà le cas avec Ambroise Paré au 16e siècle, ce le sera à nouveau pendant la Grande Guerre, notamment face aux traumas causés par l’artillerie lourde. Laval dispose d’une vingtaine d’hôpitaux sur l’ensemble de la ville. Les hôpitaux permanents, Saint-Julien et Saint-Louis, deviennent mixes auxquels s’ajoute des hôpitaux complémentaires (gérés par le service de santé militaire), auxiliaires et bénévoles. Les blessés arrivent du front par train, parfois dans des conditions désastreuses. La gare dispose d’un véritable hôpital de campagne avec son centre de trie et une grand infirmerie. Ils sont répartis surtout dans les établissements scolaires ou les couvents. A l’Armistice tout s’arrête. Saint-Julien et Saint-Louis retrouvent leur situation d’avant-guerre. Il faudra attendre les 30 Glorieuse pour que le basculement s’opère avec la construction de l’Hôpital Général.

Musiques

« Alsace et Lorraine » par Albert Viau encore appelée « Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine »est une chanson écrite en 1871 par Gaston Villemer et Hippolyte Nazet sur une musique Ben Tayoux : « France à bientôt! car la sainte espérance / Emplit nos cœurs en te disant: adieu / En attendant l’heure de délivrance / Pour l’avenir nous allons prier Dieu / Nos monuments où flotte leur bannière / Semblent porter le deuil de ton drapeau … »

« Oh, What a Lovely War! » par le Central Band Of The Royal British Legion, Royaume-Uni

« La madelon de la victoire » par Maurice Chevalier (1919). Cette chanson fait écho au chant populaire « Quand Madelon… », appelée aussi La Madelon, créé le 19 mars 1914 par le chanteur Bach (Charles-Joseph Pasquier) au café-concert l’Eldorado à Paris : « Madelon, emplis mon verre / Et chante avec les poilus / Nous avons gagné la guerre … »

Les dernières réécoutes